Que va nous réserver le PIB planétaire en 2021 et qui seront les grands gagnants ?

par Administrateur 11.01 2021
 

Selon les dernières estimations de la Banque Mondiale, nous avons vécu une année 2020 avec un PIB contracté de 4,3%. C’est un chiffre énorme avec des conséquences douloureuses, plus particulièrement pour les classes les plus vulnérables des populations.

 
Nous ne pouvons changer le passé. Nous devons nous concentrer sur l’année qui vient de commencer et qui devrait nous permettre de sortir des contraintes économiques liées à la crise de la COVID-19. Pour le moins, nous pouvons l’espérer….
 
Attardons-nous d’abord un instant sur la plus grande exception :le Guyana avec un PIB en 2020 de + 23,2%! Selon les prévisions de la Banque Mondiale, sans les effets négatifs de la pandémie, il y aurait eu une hausse de 85%. L’ex-Guyane britannique a commencé à récolter les fruits de l’extraction pétrolière avec son partenaire ExxonMobil. Pour les env. 780'000 habitants, la prospérité et l’avenir se présentent de manière radieuse.
 
Parmi les pays avec des économies de petite ou moyenne importance qui ont réussi à maintenir un PIB en croissance nous trouvons :
 
 
Nous constatons qu’il s’agit de pays qui ont surtout exporté des produits miniers, du pétrole ou des produits agricoles, dont le cacao ou encore de la technologie comme le Vietnam.
 
Parmi les pays du G20, seule la Chine a terminé l’année avec une croissance de + 2% du PIB.
 
Il est intéressant de comparer les chiffres du PIB* des différents pays, respectivement régions du monde, entre 2020 et les estimations pour 2021. Cela démontre surtout la capacité de relance et met à jour les autres problèmes plus profonds que les répercussions de la pandémie.
 
Au niveau mondial, nous avons pour 2020 un chiffre - 4,3% et une prévision pour 2021 de + 4,0%. Nous constatons donc que la baisse du PIB sera quasiment compensée en une année.
 
Pour les États-Unis, nous avons une situation similaire avec pour 2020 - 3,6% et une croissance pour 2021 de + 3,5%.
 
Par contre en Zone Euro, comme d’ailleurs au Japon, la situation est bien différente et démontre clairement des carences, pour une partie entres autres liée à la situation démographique.
 
En Zone Euro pour 2020 - 7,4% et une croissance estimée pour 2021 de + 3,6%.Au Japon pour l’année 2020 -5,3% et pour 2021 de + 2,5%
 
Nous trouvons environ les mêmes proportions, c’est-à-dire une augmentation de 50% en 2021 de la décroissance en 2020 en Inde et en Afrique du Sud. Le Brésil s’en sortira un peu mieux avec une croissance estimée pour 2021 de + 3% en rapport d’un PIB de - 4,5% pour l’année 2020.
 
Il faudra par conséquent à l’Europe plusieurs années pour atteindre les chiffres des autres grandes économies, ce qui devrait nous inquiéter et surtout nous inciter à prendre des mesures plus particulièrement dans le domaine de la productivité.
 
Alors qui aura, parmi les poids lourds de l’économie mondiale, la meilleure croissance en 2021?
 
La Chine qui est parmi les rares pays avec une croissance de + 2% du PIB en 2020va trouver, selon les estimations de la Banque Mondiale, une croissance de + 7,9% en 2021.
 
C’est le fruit d’une politique économique et d’une stratégie à long terme qui  tient compte des demandes des marchés, de la production et de la logistique adéquates, comme exemple, la nouvelle route de la soie.
 
On peut évidemment avoir des avis divergents sur la politique chinoise, mais il faut constater que sa stratégie et sa vision économique sont couronnées de succès et domineront le monde de plus en plus avec une prise de pouvoir indéniable.
 
C’est dans une mer agitée que l’on reconnaît les bons barreurs !
 
Les taux de croissance du PIB sont des chiffres qui démontrent une situation générale d’une économie géographiquement déterminée, mais occulte évidemment un certain nombre de réalités sociales. La Banque Mondiale attire d’ailleurs l’attention à ce sujet dans ses divers rapports. Selon ces derniers, il y a un recul des revenus dans neuf pays émergents et en développement sur dix ,l’année dernière.
 
Il est à craindre que la pandémie ait mis un frein au recul de la pauvreté et il est estimé que dans certains pays, il y ait presque une décennie de progrès sociaux qui soit effacée.
 
Alors si nous voulons une croissance pérenne, équitable et humaine, il faudra porter une attention particulière, dans toutes les économies du monde, au pouvoir d’achat des populations. Espérons que la situation sanitaire nous permettra de prospérer et de faire en sorte à ce que la plus grande partie de la planète puisse faire partie des gagnants en 2021 et pas seulement l’empire du Milieu.
 
 
Jürg Stäubli 
 
 
* chiffres fournis parla Banque Mondiale