LA FRANCE, SES PARADOXES ET SA BUREAUCRATIE DEMESUREE

par Administrateur 29.10 2020

 

 
Nos voisins avec lesquels nous entretenons des relations presque familiales se trouve dans de grandes difficultés. Pas seulement économiquement avec un endettement qui aura atteint fin de l’année un montant astronomique ;car si par malheur les intérêts devaient remonter de 1% ce qui sera historiquement toujours au plus bas, le budget annuel sera alourdi de presque 30 milliards d’Euros par année. Impossible à financer !Mais il y a pire, c’est la bombe à retardement sociale. Une majorité de la population souffre et ce n’est que le début, car il y aura une augmentation significative du chômage, de diminution du pouvoir d’achat et un appauvrissement de la classe moyenne.

Dans ce contexte extrêmement difficile, des associations et fondations jouent un rôle essentiel dans la société civile. Ils font un travail remarquable avec une quantité énorme de bénévoles qui sont admirables et des vrais héros dans ces temps difficiles et compliqués.

Notre Fondation Petram (www.petram.foundation) essaie, dans la mesure du possible et de ses moyens, de soutenir un certain nombre d’associations et fondations, plus particulièrement pour des enfants et personnes âgées en situations de précarité, maladies ou d’handicap.

Nous avons, de puis le début de la crise, financé et apporté du matériel médical à de nombreuses institutions ou personnes dans le besoin.

Comme la situation se détériore actuellement encore, nous avons lancé une nouvelle opération de dons à mi-octobre, en distribuant gratuitement 600'000 masques et des solutions hydro-alcooliques.

Ces produitss ont répartis par l’intermédiaire des Services sociaux de plusieurs cantons, diverses sections de Pro-Senectute, de Caritas etc. car en tant que Fondation en Suisse, nous donnons évidemment une priorité aux institutions dans notre pays. Néanmoins nous soutenons depuis quelques années la Fondation Marie-Louise (www.fondation-marie-louise.org)  à Gratentour, au sud de la France. Cette institution de grande taille avec ses 275 résidents, dont une partie lourdement handicapée, compte 300 salariés, environ 50 bénévoles et ils font un travail exceptionnel. Pour financer ses activités, la Fondation Marie-Louise a absolument besoin de dons, carl’Etat français finance qu’une partie. Sans les donateurs, personnes privées et sociétés commerciales, la fondation ne pourrait exister.

Nous avons, mis à part de notre apport financier, offert au début de la crise sanitaire, une grande quantité de désinfectants et des distributeurs automatiques pour son application.

Dans le cadre de notre opération actuelle, nous avons décidé d’envoyer à nouveau5000 flacons de désinfectants et 50'000 masques.

Dans un premier temps, notre envoi était retenu à la frontière, car selon les services douaniers français, il fallait changer les étiquettes des flacons( !)un numéro spécifique pour la France devait être indiqué. Le transporteur à donc fait demi-tour et nous avons expédié la marchandise chez le producteur pour qu’il procède au ré-étiquetage.

Une fois le travail exécuté, la marchandise était prête pour être acheminée à nouveau en France.

Hélas, nouveau blocage à la douane française. Cette fois, il s’agissait des masques qui posaient problème, bien que, à leur demande nous leur avions fourni les 6 photos des boites et des masques au préalable.

Il s’agit bien entendu de masques de qualité, certifiés, admis par les services médicaux en Suisse. Des masques que la Suisse et divers pays européens ont importé par des dizaines de millions de pièces.

La raison du blocage invoqué, par écrit, sur du papier de « République Française » :

  • Les indications strictement nécessaires pour identifier le dispositif, précisant que le dispositif est à usage unique

  • Les instructions particulières d’utilisation et mises en garde et les précautions à prendre, comme le fait de jeter le masque dans une poubelle fermée après usage

Il va de soi que les imprimés sur les emballages des cartons par 50 masques sont explicites, en revanche, il est effectivement mentionné nulle part qu’il faut mettre ces derniers, après usage, dans une poubelle fermée!!!!

Mais cela ne s’arrête pas là, aujourd’hui on nous fait savoir que nous risquons, en plus, une amende !

Après ce deuxième blocage à la douane, nous avons décidé de ne pas envoyer les 50'000 masques à la Fondation Marie-Louise, ce que nous regrettons pour les résidents qui en ont absolument besoin.

Nous distribuerons par conséquent 50'000 masques de plus en Suisse.

Je peux qu’espérer que l’Etat français débloque un budget additionnel pour les établissements qui s’occupent de personnes handicapées pendant cette crise sanitaire sans précédent. Car cette bureaucratie nationale prive leurs propres ressortissants handicapés de pouvoir bénéficier de donations.

Il serait peut-être temps de faire régner un minimum de bon sens.

Nous n’allons pas laisser tomber pour autant les résidents, les dirigeants admirables ainsi que le personnel remarquable de la Fondation Marie-Louise et continuer à les soutenir financièrement, comme chaque année, car ce sont eux les victimes de cette administration française.

Par contre, avec cette expérience kafkaïenne, nous ne financerons plus aucun projet d’une autre Association ou Fondation en France.